> ECONOMIE : Les chiffres effarants de l'évasion fiscale

Publié le par enerli

 

04.04.2013 - Mise en une par la crise chypriote et l'affaire Cahuzac, l'évasion fiscale est maintenant en ligne de mire d'une opération mondiale de transparence, Offshore Leaks. Les chiffres à retenir.

 

Après Wikileaks, Offshore Leaks. L'ICIJ, consortium international de journalistes d'investigation, a communiqué à différents journaux , dont Le Monde en France, 200 gigabits de données sur des comptes ou des intérêts offshore détenus par des entreprises et des particuliers. Des documents et des informations issues principalement des Iles Vierges britanniques, un paradis fiscal placé par l'OCDE dans sa liste grise des pays non-coopératifs.

 

Un tiers des ressources financières mondiales dissimulé


Que représente l'évasion fiscale dans le monde ? Selon le FMI, les fonds concernés se monteraient à 5500 milliards d'euros, soit près de trois fois le PIB de la France. 50% des transactions mondiales transiteraient par des paradis fiscaux, qui compteraient 4000 banques et 2 millions de sociétés écrans.

 

Mais pour l'ONG Tax Justice Network, les sommes en jeu seraient encore plus importantes, atteignant 16 344 à 25 000 milliards d'euros, soit le PIB des Etats-Unis plus celui du Japon, ou 10 fois celui de la France. Cela représente un tiers des ressources financières mondiales, et une somme qui pourrait générer entre 148 et 218 milliards d'euros de recettes fiscales par an dans les caisses des États du monde entier. Soit plus que l'aide publique au développement fournie par les pays de l'OCDE, en baisse notoire à 100 milliards d'euros en 2012.

 

L'économiste James Henry, auteur en 2012 d'une étude sur l'économie offshore présentée sur le site du Guardian, a calculé que les 10 banques les plus importantes du monde en matière de gestion de patrimoine privé, des expertes de l'optimisation fiscale dont Goldman Sachs, le Crédit suisse et UBS, sont passées de 1800 milliards d'euros gérés en 2005 à 4800 milliards d'euros en 2010. Une spectaculaire accélération de leur activité.

 

James Henry a également calculé pour cette même étude que, si une dizaine de millions de personnes ont placé des biens dans les paradis fiscaux, la moitié des sommes, soit à peu près 8000 milliards d'euros, était entre les mains d'un tout petit nombre de 92 000 super-riches, soit 0.001% de la population mondiale. Alors que les citoyens ordinaires des pays endettés doivent payer les pots cassés de l'austérité.

 

Et la France ?


Pour la France, les avoirs dissimulés à l'étranger ont été évalués à 600 milliards d'euros par le journaliste Antoine Peillon, dans son livre paru en 2012, Ces 600 milliards qui manquent à la France (Seuil).

 

De son côté, en juillet 2012, la commission d'enquête du Sénat sur l'évasion fiscale a estimé entre 30 et 60 milliards d'euros son coût annuel pour les finances publiques. Mais pour le syndicat Solidaire-Finances Publiques, qui a établi un nouveau rapport début 2013 par extrapolation des résultats du contrôle fiscal, la fraude plombe les caisses de l'État à hauteur de 60 à 80 milliards d'euros chaque année. A comparer avec le déficit public de la France qui s'est élevé à 98 milliards d'euros en 2012.

 

Réagissant à Offshore Leaks, la Commission européenne estime quant à elle le coût de l'évasion fiscale en Europe à plus de 1000 milliards d'euros par an.


Src : L'EXPANSION.COM du 04/04/2013 ©

Publié dans ECONOMIE

Commenter cet article