> ECONOMIE : LA RENTE "EXCEPTIONNELLE" DES SOCIETES D'AUTOROUTE

Publié le par enerli

 

 

18.09.2014 - Les sociétés d'autoroutes se portent bien, merci pour elles. C'est ce que semble démontrer l'avis rendu jeudi 18 septembre par l'Autorité de la concurrence où sept sociétés concessionnaires d'autoroutes (SCA) sont épinglées pour leur gestion du réseau autoroutier français. L'Autorité déplore la situation de "rente autoroutière" dans laquelle se trouvent actuellement les SCA (Asf/Escota et Cofiroute pour Vinci, APRR/AREA pour Eiffage et Sanef/SAPN pour Abertis). 

 

1. Un bond de 26% du chiffre d'affaires depuis la privatisation


Les sept SCA ciblées par l'Autorité de la concurrence ont vu leur chiffre d'affaires augmenter de 26% entre 2006, année de la privatisation, et 2013, soit plus de 1,7 milliard d'euros d'augmentation sur cette période pour atteindre un total de 8,2 milliards d'euros. Fait notable, "la crise financière de 2008 et 2009 s'est traduite par un simple ralentissement du rythme de cette augmentation et non par une baisse du chiffre d'affaires", note l'Autorité. 


Comment expliquer une telle progression des revenus? La réponse ne vient ni du trafic, dont la hausse s'est limitée à +4% entre 2007 et 2013, ni de l'ouverture de nouvelles sections autoroutières, fait remarquer le gendarme de la concurrence. L'essentiel vient donc de la hausse des tarifs. 

 

2. Des tarifs en hausse de 21,7% depuis 2007


Les tarifs des péages ont en effet augmenté en moyenne de 1,97% par an entre 2006 et 2013, soit plus vite que l'inflation (+1,66% sur la même période). 

 

3. Une marge nette de 20 à 24%


L'ensemble des sociétés autoroutières sont "très rentables", constate l'Autorité, quel que soit le critère examiné. La comparaison du ratio de l'excédent brut d'exploitation sur le chiffre d'affaires dépasse ainsi les 70% pour cinq d'entre elles. Un niveau qualifié "d'exceptionnel". De fait, ce ratio ne s'élève qu'à 33% dans les télécoms, qui sont le secteur d'activité le plus rentable. A des années lumières de la distribution qui se contente de 8%. 


Cette rentabilité se lit jusque dans leur marge nette, qui atteint entre 20% et 24%, suivant les sociétés, une fois qu'on a déduit les investissements, les frais financiers et les impôts. De quoi mériter le qualificatif de vache à lait. Grâce aux autoroutes, les maisons mères Vinci et Eiffage présentent ainsi des rentabilités nette de 5,1 et de 2,3%. 

 

4. Une rente globale de 1,8 milliard en 2013


Être concessionnaire d'autoroutes rapporte gros: les 7 principales sociétés ont ainsi engrangé un bénéfice net cumulé de 1,8 milliard d'euros en 2013. Et pourtant, les risques sont faibles. La gestion d'autoroutes relève en effet du monopole car les SCA "bénéficient d'une demande captive", note l'autorité de la concurrence. De plus, leurs recettes ne sont pas menacées, même en cas de baisse du trafic, car les contrats de concession garantissent des hausses annuelles des tarifs réglementés. Enfin, les charges sont maîtrisées, notamment parce que certains investissements bénéficient de compensations de la part de l'Etat.  


Même la dette des sociétés d'autoroutes, qui atteint pourtant en cumulé près de 24 milliards d'euros, n'est pas un problème. Non seulement les profits permettent largement de couvrir les traites, mais les SCA bénéficient de la déductibilité des intérêts d'emprunts, un avantage fiscal qui leur a permis d'économiser 3,4 milliards d'euros depuis 2006. 


On comprend donc mieux le jugement définitif de l'autorité de la concurrence, selon qui, "les concessions autoroutières ne présentent pas un profil de risque si élevé qu'il justifie les taux de rentabilité exceptionnels qui sont ceux des SCA aujourd'hui". 

 

5. Près de 15 milliards de dividendes distribués


Les sept concessionnaires historiques ont distribué 14,6 milliards d'euros de dividendes depuis 2006 à leurs actionnaires, soit plus que le montant de leurs bénéfices nets sur la période (136% de ce résultat net, exactement, contre seulement 56% entre 2003 et 2005). Depuis la privatisation, les SCA privilégient l'endettement à l'autofinancement pour leurs nouveaux investissements. Et les actionnaires d'ASF et d'APPR se sont votés des dividendes exceptionnels pour rembourser l'argent emprunté pour racheter les réseaux lors de leur privatisation.


Src : Jean-Luc Mounier du 18/09/2014 © L’EXPANSION-L’EXPRESS

 


Liste des (habiles) gouvernements ayant cédé (bradé ?) au « marché » des pépites financières en misant sur le très court terme (la prochaine élection) au détriment du long terme (la recette récurrente et le pouvoir d’achat des français).

Et après certains s’étonnent encore que les français ne croient plus en leurs politiques…

Gouvernement Lionel Jospin.

-        Autoroutes du sud de la France (privatisation partielle).

Gouvernement Jean-Pierre Raffarin.

-        Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (privatisation partielle)

-        Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (privatisation partielle)

Gouvernement Dominique de Villepin.

-        Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (privatisation totale par

    cession de gré à gré du solde du capital)

-        Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (privatisation totale par cession de gré à gré du solde du capital)

-        Autoroutes du sud de la France (privatisation totale par cession de gré à gré

    du solde du capital)

 

Publié dans ECONOMIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article