> Solaire photovoltaïque : L'échec de Solyndra est-il l'échec de la politique ENR d'Obama ?

Publié le par enerli

L’annonce a fait l’effet d’un coup de tonnerre dans la communauté des cleantechs californiennes ce mercredi 31 août: Solyndra, société emblématique de la filière solaire, décidait de se déclarer en banqueroute et licenciait 1100 employés. La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre dans la plupart des médias spécialisés [1,2,3,4].

 

C’est qu’au-delà de cette seule entreprise, c’est toute l’industrie solaire Californienne et américaine qui est impactée. On peut également y voir une remise en cause de la politique énergétique de l’administration Obama et du soutien financier important apporté par le Department of Energy à la filière solaire dans son ensemble. La célébration des emplois créés, de l’innovation technologique américaine triomphante, et du retour d’une production industrielle sur le sol américain plutôt qu’en Chine, n’aura pas fait long feu.

 

Une entreprise condamnée au succès, qui échoue

 

Il y a un an, nous écrivions que Solyndra n’avait pas le droit à l’erreur [5] et le scénario qui se déroule aujourd’hui est en effet un cauchemar pour l’administration en poste.

 

Lors d’un passage en Californie, le président Obama avait choisi le site de la nouvelle usine de Solyndra pour défendre son projet d’introduction d’une loi "climat", vantant au passage la création d’emplois verts et le soutien à cette nouvelle industrie par les mesures gouvernementales du Stimulus Package [6]. Cette usine, où étaient fabriqués les modules solaires tubulaires à base de cellules photovoltaïques de type couche mince - signature de Solyndra - était sortie de terre grâce à un prêt garanti de $535 millions du DoE. De nombreuses personnalités s’étaient rendues sur le site de cette usine: le secrétaire général du DoE, Steve Chu, l’ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger, etc... [7]

 

Solyndra était devenue à la fois la vitrine technologique des cleantechs en Californie, et aussi le fer de lance de la politique de stimulation de l’industrie verte par l’administration Obama. A ce titre il était important qu’elle réussisse, malgré les nombreuses ombres au tableau, comme le coût élevé de sa technologie [8] ou un audit du DoE qui avait mis à jour une montagne de dettes accumulées par la société et sa rapidité à dépenser son capital [9], et la décision de reporter son introduction en bourse [10].

 

Selon l’équipe dirigeante de Solyndra, les raisons de son échec sont multiples :

 

-  malgré une croissance importante au premier semestre 2011, l’entreprise n’a pas pu rapidement

   déployer de capacité de production suffisante pour rivaliser avec les productions étrangères,

   notamment chinoises.

-  La compétition intense a été accentuée par un surplus de panneaux solaires sur le marché,

   une chute des prix,

-  et la baisse des tarifs d’achat dans les pays européens.

 

Pour de nombreux acteurs du secteur, c’est avant tout le coût élevé de sa technologie en pleine chute des prix - 42% de baisse depuis décembre pour les modules PV [11] - qui a causé sa perte. En effet les investisseurs de Solyndra avaient tablé lors de leurs calculs initiaux sur un prix du silicium fort et stable.

 

Pour d’autres, c’est juste l’illustration que le modèle d’affaire de cette société n’était pas viable car reposant sur des mécanismes incitatifs artificiels et temporaires.

 

Le programme de Loan Guarantee dans le collimateur des républicains

 

Ce programme est l’un des outils du Gouvernement pour financer le lancement de la commercialisation de nouveaux produits technologiques à fort impact dans le domaine des technologies propres. Il s’agit d’appuyer les startups à l’une des étapes les plus critiques dans leurs vies : le moment où une technologie qui a fait ses preuves en laboratoire et/ou en site de démonstration doit être massivement produite et déployée. Les besoins financiers deviennent cruciaux, alors que la startup a déjà consommé une partie de l’argent de ses investisseurs. C’est à ce moment précis du développement de l’entreprise que l’Etat américain octroie des prêts garantis, pour accroître la confiance des banques dans la startup [12].

 

Or, certains projets financés ont essuyé des échecs, ce qui a déclenché un audit du système d’attribution des prêts. Ainsi l’inspecteur général du DoE a-t-il trouvé que le processus de réduction des risques de ces investissements n’était pas toujours assez documenté [13]. Des voix se sont donc élevées pour protester contre les paris risqués faits par l’administration. Il faut dire que le directeur du DoE "Loan Program", Jonathan Silver, vient du capital-risque et que ses choix stratégiques peuvent être en rupture totale avec l’administration classique du DoE [14].

 

Le cas qui cristallisait toutes les inquiétudes était celui de Solyndra [15], et sa banqueroute stigmatise un mauvais investissement qui remet en cause tout le modèle. Certains lauréats comme Tesla (voitures électriques) et First Solar (modules photovoltaïques) restent pour l’instant des réussites, mais d’autres comme A123 (batteries) et Fisker (voitures électriques) n’ont pas encore fait la preuve que le DoE est à même de construire les champions des technologies propres. Une enquête sur l’octroi du prêt à Solyndra avait d’ailleurs été lancée par des représentants républicains du House Energy and Commerce Committee. La banqueroute va donc apporter de l’eau à leur moulin [16].

 

L’avenir de la filière solaire américaine

 

Aujourd’hui Solyndra a plusieurs options devant elle: céder ses activités, sa technologie de films couche-minces CIGS, ou son expertise de production industrielle [17]. Mais 1100 employés se retrouvent d’ores et déjà sur le carreau. Tout le monde est dans le même bateau, et l’échec de l’enfant chéri de la Silicon Valley et du DoE est celui de toute la filière qui aura beaucoup plus de mal à lever des fonds.

 

D’autres entreprises du secteur de l’énergie solaire comme Calisolar et Solopower ont bénéficié des prêts garantis du DoE. Elles peuvent aujourd’hui s’attendre à voir les conditions dans lesquelles elles ont obtenu leurs prêts auditées, et peut-être remises en cause. On comprend la stratégie de certains acteurs comme Alta Devices, startup qui développe une technologie concurrente de films en couche-mince, de décider de se financer presque entièrement en capitaux privés.

 

Malgré ces déboires, les Etats-Unis ont une balance commerciale excédentaire dans le secteur de l’énergie solaire: estimée à $1,8 milliard pour 2010, elle aurait plus que doublé par rapport à l’année 2009 [18]. Les modules photovoltaïques assemblés à l’étranger comptent pour une grande part des importations ($2,4 mds), tandis que les premiers secteurs d’exportations sont le silicium polycristallin ($2,5 mds) et les équipements ($1,4 mds). Même les échanges avec la Chine se soldent d’un excédent en faveur des Etats-Unis ($247 millions)... alors que l’empire du milieu offre à ses entreprises des prêts garantis dix fois plus importants que celui consenti par les Etats-Unis à Solyndra [19].

 

  SOLYNDRA

  Prêts garantis dans le solaire Chine et Etats-Unis

 

Mais cela restera comme un nouveau revers pour une administration qui a désespérément besoin de démontrer que sa politique énergétique est synonyme d’emploi, d’innovation et de croissance économique [20].


Références

[1] Breaking News: Solyndra Closes Its Doors, Sends Home 900+ Employees, GreenTech Media

     August 31 2011 http://bit.ly/mX087V

[2] Solyndra to file for bankruptcy, lay off 1,100, GigaOM - August 31 2011 http://bit.ly/oMKGYN

[3] Solar Power Innovator Solyndra Files For Bankruptcy, TreeHugger - August 31 2011 http://bit.ly/p5RrCs

[4] Solar company to file for bankruptcy despite $535 million loan guarantee, E2 Wire

     August 31 2011 http://bit.ly/pO7JlQ

[5] Le champion américain du solaire Solyndra, condamné au succès ?, Bulletin Electronique

      Juin 2010  http://bit.ly/qavkq1

[6] Department of Energy - Recovery and Reinvestment website http://1.usa.gov/rnjgmC

[7] The story behind Solyndra's rise and fall, GigaOM - August 31 2011 http://bit.ly/qpjCgz

[8] Was the DOE Loan Guarantee for Solyndra a Mistake? Eart2Tech, May 27. 2010

      http://bit.ly/n7TCOP

[9] Solyndra auditors cast doubt over solar upstart, Cnet, April 2. 2010 http://cnet.co/pBnqSL

[10] Solyndra Ditches IPO, Raises More Money, GigaOM - June 2010 http://bit.ly/pnVK3Y

[11] Solar Firm Aided by Federal Loans Shuts Doors, NY Times - September 2011 http://nyti.ms/nTi5Dl

[12] Invest in America's Clean Energy Future: Keep DOE Loan Guarantees, GreenTech Media -

       Mars 2011 http://bit.ly/ollCaN

[13] DOE Loan Guarantee Program Under Fire, Again, GigaOm - Mars 2011 http://bit.ly/nP6Wdc

[14] Solyndra and Solar Versus the Republicans, GreenTech Media - Février 2011 http://bit.ly/pl8B7N

[15] L'émergence d'un "lobby cleantech", Bulletin Electronique Juin 2010 http://bit.ly/oOTKyE

[16] Committee Ramps Up Investigation into President's Flagship Stimulus Jobs "Success Story" 

        that Filed For Bankruptcy - Leaders Press White House For Documents, House Energy &

        Commerce Committee Press Release http://1.usa.gov/nToiP7

[17] Will Solyndra, or Part of It, Get Bought?, GreenTech Media - August 31 2011 http://bit.ly/oJsTej

[18] Solar Stunner: America is a $1.9 Billion Exporter of Solar Products, Climate Progress,

        August 29th 2011 http://bit.ly/oYdPue

[19] Chart of the Day: Solyndra Edition, GreenTech Media, August 31rst 2011 http://bit.ly/rrPcXt

[20] Solyndra is a black eye for the DOE's clean power support , GigaOM - August 31 2011

        http://bit.ly/p9OI1G

[21] Suntech,Trina Solar sign $11.7 bln loan deals, Reuters - April 2010 http://reut.rs/oMdmpK

[22] China's JA Solar in $4.4 billion credit, shares rise | Reuters http://reut.rs/noxmrJ

[23] Solar Focus: Yingli Secures $5 Billion Loan from Development Bank http://bit.ly/pT0cRe

[24] China Buries Obama's 'Sputnik' Goal for Clean-Energy Use - Bloomberg  http://bloom.bg/r9sqQ0

 

Src : Thomas Deschamps et Pauline Caumon du 9 septembre 2011 ©  Ambassade de France - USA

Commenter cet article