> Solaire photovoltaïque : Gemasolar produit de l'électricité même la nuit...

Publié le par enerli

 

17.11.2011 - Située près de Séville en Espagne, Gemasolar vient d’être mise en service. C’est la première centrale solaire à associer une tour de réception solaire et une technologie de transfert d’énergie par stockage de la chaleur dans du sel fondu. Unique en son genre, elle ouvre la voie à de nouvelles technologies de production thermoélectrique.

 

 

  

Gemasolar a une puissance électrique de 19,9 MW (500 à 1.650 MWe pour une centrale nucléaire) et la production électrique annuelle attendue est de 110 GWh/an. Cette centrale est composée de 2 650 héliostats (miroir permettant de suivre la course du soleil durant la journée et orienté vers un point fixe qui capte la chaleur) disposés sur 185 hectares de terres.


La chaleur captée par la tour centrale fait chauffer le sel à plus de 500° et génère de la vapeur pour produire l’énergie électrique. Le surplus de chaleur accumulé pendant les heures d’ensoleillement est stocké dans un réservoir de sel. Ce système d’inertie innovant de  stockage de la chaleur dans un réservoir de sel fondu lui permet de produire de l’électricité pendant 15 heures sans rayonnement solaire (jours de faible ensoleillement et durant la nuit). Cette technologie permet d’éviter les fluctuations dans l’alimentation d’électricité.


Gemasolar permet la production d’électricité pendant 270 jours par an soit 1,5 à 3 fois plus que les autres énergies renouvelables. La centrale va également permettre de réduire les émissions de CO2 de plus de 30 000 tonnes par an et d’alimenter en énergie propre 25 000 foyers.


L’électricité générée par Gemasolar est transmise par ligne haute tension à la station de Villanueva del Rey qui l’injecte dans le réseau électrique andalou.


Le projet Gemasolar, d’un montant de 171 millions d’euros, est le fruit d’un partenariat entre la société Torresol Energy Investment, la firme Masdar (Abu Dhabi), et le groupe espagnol d’ingénierie SENER.

 

Src : TORRESOL ENERGY


 

 

Commenter cet article