> Nucléaire : L'Allemagne réussira-t-elle à s'en sortir grâce à l'électricité photovoltaïque ?

Publié le par enerli

 

L’énergie photovoltaïque en Allemagne représente actuellement 5% des diverses sources de production d’électricité du pays. Ce chiffre, qui peut paraître peu élevé comparé à la part du charbon dans la production électrique allemande est en réalité un exploit. L’Allemagne a en effet poussé au développement du solaire photovoltaïque pendant plus d’une dizaine d’années pour en arriver là et continue encore aujourd’hui de promouvoir cette énergie.

 

Des conditions au développement du photovoltaïque plus favorables qu’en France malgré un gisement solaire moins élevé

 

Malgré une capacité de production nettement supérieure à la France en photovoltaïque, l’Allemagne a décidé de continuer à sponsoriser le photovoltaïque avec des tarifs aujourd’hui plus élevés qu’en France. Malgré un gisement solaire moins important, l’Allemagne considère cette énergie comme rentable à très long terme.

 

La création d’une véritable filière allemande du photovoltaïque

 

Un investissement dans le développement d’une industrie dans un pays se fait sur le long terme, ce qui a été bien compris par l’Allemagne ; contrairement à la France qui a décidé d’investir dans le photovoltaïque pendant 4 ans pour ensuite considérablement diminuer tous les dispositifs de soutien.

 

L’Allemagne continue aujourd’hui sur sa lancée en ayant décidé d’arrêter l’utilisation de l’énergie nucléaire. C’est sans doute l’une des mesures de promotion des énergies propres qui va coûter le plus à l’Allemagne. En se privant de 25% de son électricité nucléaire, l’Allemagne s’impose prématurément des coûts de démantèlement de ces centrales nucléaires. Arrêter une centrale nucléaire encore en cours de fonctionnement coûte plusieurs milliards d’euros, et le contribuable allemand devra payer son électricité encore plus cher afin d’amortir ce coût.

 

En faisant ce choix, l’Allemagne s’affranchit cependant d’un coût qui sera à affronter par chaque pays ayant fait le choix du nucléaire. La France, même si elle décide de continuer à miser sur le nucléaire devra mettre ses centrales les plus anciennes à l’arrêt et payer les français devront inévitablement payer pour ce coût.

 

Le choix d’arrêter le nucléaire pendant la période prospère actuelle que connait l’Allemagne peut être considéré comme économiquement judicieux si l’on prend en compte que la durée de vie d’une centrale nucléaire ne dépasse pas 40 ans. Faire le choix d’arrêter ses centrales prématurément pendant une période économique prospère, c’est tout simplement pouvoir financer cet arrêt. Il n’est pas du tout garanti qu’un pays en récession économique ait les moyens de financier de payer pour un démantèlement et un enfouissement des déchets dans de bonnes conditions.

 

Arrêter ses centrales nucléaires en période de récession économique, cela serait créer une difficulté supplémentaire pour les ménages et entreprises de ce pays qui devrait en subir le coût dans une période peu propice.

 

Le choix allemand d’une électricité plus chère mais à un prix plus réel

 

Les allemands payent en moyenne leur électricité 22ct€ le kWh contre 13ct€ le kWh en France. Est-ce l’Allemagne qui vend son électricité chère ou est-ce la France qui a mal évalué le prix réel de l’électricité ? Rappelons que le coût de l’électricité nucléaire ne prend pas en compte le démantèlement et le coût de l’enfouissement des déchets, qui sera à supporter par les générations futures.

 

En choisissant une électricité plus propre, les allemands feront certainement peser un coût moins important sur les générations futures, mais ceci va se faire au prix d’une surexploitation de centrales à charbon. Aussi, l’Allemagne devra certainement acheter de l’électricité à l’étranger, et peut être de l’électricité nucléaire française.

 

Les français ne sont cependant à l’heure actuelle pas prêts pour une électricité plus chère, comme l’a prouvé les nombreuses plaintes répétées des associations de consommateur contre l’électricité photovoltaïque qui faisait augmenter de quelques centimes chaque mois la facture moyenne d’électricité des français.

 

Le choix clairement fait est celui du paiement des surcoûts du nucléaire par les générations futures plutôt que le paiement de l’électricité à son prix juste aujourd’hui. Espérons que la situation économique française sera de nouveau au beau fixe afin que les français puissent supporter une électricité qui sera bien plus chère d’ici à 10 ou 20 années.

 

Src : ABC photovoltaïque du 21 juin 2011 © BLOG PHOTOVOLTAÏQUE

Publié dans ENERGIE : NUCLEAIRE

Commenter cet article