> Nucléaire : encore des tensions autour du chantier de l'EPR de Flamanville

Publié le par enerli

L'Autorité de sureté nucléaire (ASN) a relevé ces derniers mois diverses malfaçons dans le gros œuvre du futur réacteur EPR de Flamanville, de nature, pour certaines, à "porter préjudice à la qualité finale des structures", indique le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 31 août.

 

Le travail de bétonnage de Bouygues dur l'EPR de Flamanville laisserait-il à désirer ? L'Autorité de sureté nucléaire (ASN), le "gendarme du nucléaire", a en tout cas adressé à EDF, l'exploitant, entre octobre 2010 et août 2011, quatre lettres – 2 « lettres de suite » et deux courriers d'échanges techniques – qui mettent en cause la qualité de plusieurs réalisations sur le futur réacteur EPR, dont la construction est assurée par Bouygues. Malfaçons que le Canard Enchaîné s'est empressé de révéler, le jour même de la présentation à la presse des résultats semestriels de Bouygues et au surlendemain de la visite du premier ministre François Fillon sur le site.

 

Nids de cailloux et cavités

 

L'Autorité de sureté nucléaire visite régulièrement le site de Flamanville avec pour mission de contrôler les défauts au niveau des procédures d'EDF, défauts répertoriés au préalable par l'opérateur et indiqués à l'ASN.

 

Lors d'une inspection inopinée du site le 12 juillet, les inspecteurs de l'ASN ont donc notamment relevé à l'intérieur de la cavité de la piscine réacteur, destinée à recevoir le combustible nucléaire irradié, « que les nettoyages en fonds de coffrage » n'avaient été réalisés que « partiellement » : « il a été observé un amas de ligatures et autres objets en parement externe » ou encore :  « les ossatures en inox ont été partiellement recouvertes de laitance de béton ; par ailleurs, certaines ossatures présentent des traces de «flambard».

 

Mais c'est surtout l'état constaté des parements qui fait désordre : « les remplissages en béton des coffrages n'ont été que partiels à plusieurs endroits, induisant des nids de cailloux, aux dimensions variables, voire des cavités, situés soit en pied de la levée, soit entre platines, soit entre platines et ossatures inox » (Lettre de suite du 18 juillet).

En cause selon l'ASN : la technique utilisée pour le coulage. L'ASN la juge « peu favorable à la qualité de réalisation de cette partie d'ouvrage de l'îlot nucléaire » et demande à EDF "les dispositions retenues pour formaliser ce retour d'expérience « innovant »".

 

Ces malfaçons seraient-elles de nature à "porter préjudice à la qualité finale des structures", selon des termes rapportés par le "Canard" et confirmés par l'Autorité de sureté nucléaire ? "Les trous dans le béton, les nids de cailloux (zone manquant de ciment) au sens large, c'est une problématique courante du génie civil, a expliqué Simon Huffeteau, chef de la division de Caen à l'ASN, rappelant toutefois qu' "EDF, en tant qu'exploitant, se doit de les identifier et de les réparer » et que ces réparations "sont évidemment obligatoires".

 

 "Manipulation"

 

Lors de la présentation des résultats du premier semestre et d'une opération de rachat des actions de son groupe, Martin Bouygues s'est vigoureusement défendu : "C'est vrai qu'il y a des malfaçons, car c'est un prototype et il y a des difficultés techniques, mais elles sont reprises".  S'expliquant sur la photo publiée dans le Canard Enchaîné montrant un énorme trou, il assure qu'elle "a été prise avant que les travaux de reprise soient effectués".  Il est vrai que cette photo montre un ferraillage propre  et une zone en cours de réparation sur laquelle a été effectué un hydro-nettoyage. "Cela n'a aucun sens. C'est une manipulation honteuse et scandaleuse", a-t-il ajouté.

 

Le ministère chargé de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique a pris la défense d'EDF dans un communiqué : "Les travaux béton visés par les lettres de l'ASN citées dans cet article (Le Canard Enchaîné du 31 août) sont encore en cours et n'ont même pas été réceptionnés par EDF", a précisé le ministère. "Les observations de l'ASN seront bien entendu prises en compte dans le cadre de ce chantier en cours." L'opérateur de son côté assure avoir "immédiatement alerté l'ASN sur ces défauts", qui sont d'ores et déjà en réparation. "Les mesures de mise en œuvre ont été présentées à l'ASN le 2 août dernier" a affirmé EDF au Moniteur.fr.

 

Src : Adrien Pouthier, avec FV, EL et OB © Le Moniteur

Publié dans ENERGIE : NUCLEAIRE

Commenter cet article