> Gaz de schistes : l'incertitude sur les réserves jette le doute sur le développement du secteur

Publié le par enerli

 

Le 23 août dernier, l'"U.S. Geological Survey" (USGS), l'agence fédérale chargée de la prospection géologique et de l'évaluation des ressources du sous-sol, a achevé la mise à jour très attendue de son estimation des ressources en gaz naturel des schistes "Marcellus" [1].

 

Une estimation des réserves de gaz largement revue à la baisse

 

La formation Marcellus, qui englobe principalement les états de Pennsylvanie, de New York, de l'Ohio et de Virginie Occidentale, est devenue en quelques années le symbole de la "ruée vers le gaz" que représente le développement rapide de l'exploitation des gaz de schistes aux Etats-Unis. La précédente estimation de l'USGS évaluait ses réserves de gaz naturel techniquement exploitables à environ 57 milliards de mètres cubes.

 

Cette estimation n'avait pas été mise à jour depuis 2002. Or, depuis 2004 et le forage du premier puits de gaz naturel utilisant la fracturation hydraulique dans la formation Marcellus [2], la multiplication des forages laissait présager une quantité bien plus importante de gaz naturel disponible. Face à cette attente, la nouvelle estimation de l'USGS établit la quantité de réserves de gaz naturel techniquement exploitable à près de 2 379 milliards de mètres cubes, soit 40 fois plus. Au rythme de consommation actuel, ces réserves permettraient d'assurer à elles seules près de 4 années de consommation de gaz naturel.

 

Aussi important que soit ce résultat, il est très inférieur à une autre estimation formulée quelques mois plus tôt par l'Agence pour l'Information sur l'Energie (EIA), une agence fédérale indépendante chargée de fournir des données sur l'énergie [3]. Celle-ci avait estimé que la formation Marcellus pouvait comporter environ 11 610 milliards de mètres cubes.

 

Le travail de l'EIA mis en cause

 

Suite à la parution de l'estimation de l'USGS, l'EIA a rapidement annoncé qu'elle prendrait ce résultat en compte en l'intégrant dans la prochaine version de l'"Annual Energy Outlook", son rapport annuel sur l'état des réserves énergétiques aux Etats-Unis, une référence du secteur [4]. "Nous considérons que l'USGS est experte dans ce domaine," déclare Philip Budzik, un analyste de l'EIA. "Ce sont des géologues, ce qui n'est pas notre cas. [...]".

 

Néanmoins, l'EIA fait l'objet d'interrogations quant à la pertinence de la récente révision de sa méthode de calcul de la production de gaz naturel [5], et sur les raisons cachées derrière la publication d'un résultat que certains estiment exagérément optimiste. "Je félicite l'EIA pour avoir annoncé qu'ils reprendraient à leur compte les estimations de l'USGS, puisque celles-ci reposent sur la meilleure science disponible", déclare le représentant Maurice Hinchey (démocrate de New York), auteur d'une proposition de loi introduite en mars qui vise à mieux encadrer la pratique de la fracturation hydraulique [6]. "Toutefois, je reste préoccupé par la démarche qui a mené à établir les premières estimations, et j'ai des questions sur la façon dont cette rectification va affecter l'avenir des gaz des schistes."

 

Ces interrogations font suite à celles apparues en juin dernier, lorsque des courriers électroniques internes à l'EIA avaient été publiés dans le New York Times. Ceux-ci montraient que, malgré les prévisions optimistes publiées par l'agence, un haut degré de scepticisme existe en interne parmi les spécialistes quant au développement rapide et profitable de l'exploitation des gaz de schistes [7]. "Suis-je totalement fou, ou tout le monde vante-t-il les mérites des gaz de schistes sans vraiment comprendre comment leur économie fonctionne ?" écrit un analyste de l'EIA à un collègue dans un email du 27 avril 2011. "Il est très probable que beaucoup de ces compagnies [gazières] fassent faillite" écrit un conseiller de l'administrateur de l'EIA.

 

Néanmoins, certains experts comme Terry Engelder, professeur de sciences de la terre à l'université de l'état de Pennsylvanie, estiment que l'estimation de l'USGS reste bien trop faible. Selon lui, les réserves de gaz naturel techniquement exploitable seraient plus proche de 14 158 milliards de mètres cubes. Il note que quatre producteurs de gaz de la région - Range Resources, Cabot Oil & Gas, Ultra et Cheasapeake Energy - ont déclaré détenir une quantité cumulée de 2 152 milliards de mètres cubes. Si l'estimation de l'USGS était correcte, affirme Engelder, cela signifierait que les autres compagnies du secteur présentes dans la formation Marcellus - tel que Exxon ou Chevron - auraient investi beaucoup d'argent pour une quantité relativement faible de gaz, ce qu'il estime peu probable.

 

Des compagnies gazières soumises à l'inspection des autorités publiques

 

Cette incertitude quant au niveau des réserves amène certaines autorités publiques à douter des déclarations des compagnies gazières sur le potentiel économique des gaz de schistes, et à souhaiter obtenir plus d'informations de la part des exploitants.

 

Le 8 août dernier, le procureur général de l'état de New York Eric Schneiderman (démocrate), connu pour ses prises de positions à l'encontre de l'industrie gazière, a assigné 3 compagnies du secteur opérant dans l'état de New York - Range Resources, Cabot Oil & Gas et Goodrich Petroleum - à fournir des documents relatifs à leurs activités. Le procureur général réclame notamment des éléments permettant de justifier les différences constatées entre les déclarations des compagnies aux investisseurs sur la performance des puits exploités, et les informations consignés auprès des autorités fédérales. De plus, on leur demande de dévoiler les formules utilisées pour estimer le potentiel des puits de gaz de schistes en termes de ressources et de rentabilité. Une quatrième compagnie, Chesapeake Energy, s'est également vue sommée de répondre aux mêmes questions. "Les assignations qui ont émises sont importantes car elles montrent que la surveillance des compagnies impliquées dans les gaz de schistes va au-delà des états traditionnellement producteurs de pétrole et de gaz" déclare Kevin Book, directeur de recherche chez ClearView Energy Partners, une société de conseil.

 

L'action du procureur s'inscrit dans le cadre d'une enquête des autorités de l'Etat pour déterminer si ces compagnies ont correctement informé leurs investisseurs des enjeux de la prospection du gaz de schistes. Outre les risques pour les investisseurs privés, l'état de New York craint que, si la solidité financière de ces compagnies se révélait moins bonne que prévu, certains de ses investissements - plus de 45 millions de dollars - pourraient être menacés.

 

Cette démarche fait suite à celle de la Securities and Exchanges Commission (SEC) - le "gendarme de la Bourse" américain, qui a également assigné plusieurs compagnies du secteur en juillet dernier à fournir des documents. La SEC cherche également à clarifier les informations déclarées par les compagnies gazières et à vérifier dans quelle mesure celles-ci peuvent exploiter de façon rentable les puits de gaz de schistes sur le long terme. En effet, si les puits de gaz de schistes produisent beaucoup au cours de leur première année d'exploitation, cette productivité tend à chuter significativement par la suite. Certains industriels estiment que les puits peuvent néanmoins continuer à produire du gaz à un rythme faible mais constant pendant des années. Cependant, l'immense majorité des puits de gaz de schistes sont récents, et le manque de données rend difficile la réponse à la question de la rentabilité sur le long-terme.

 

De l'avis de nombreux experts, les démarches des autorités sont le résultat de l'attention médiatique croissante rencontrée par la question des gaz de schistes ainsi que la croissance exponentielle du secteur ces dernières années.

 

Ces requêtes laissent présager un plus grand nombre d'enquêtes officielles [8].

 

Pour en savoir plus, contacts :

-     [1] Présentation de l'estimation de l'USGS : http://pubs.usgs.gov/fs/2011/3092/pdf/fs2011-3092.pdf

-     [2] "L'exploitation des gaz de schistes : entre promesses économiques et conséquences environnementales" - Bulletins Electroniques - MARTY Gabriel, MAGAUD Marc - 01/07/2011 - 39 pp. - http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm11_023.htm

-     [3] Site web de l'EIA

-     [4] "Annual Energy Outlook 2011" - U.S. Energy Information Administration - 26/04/2011 - http://www.eia.gov/forecasts/aeo/pdf/0383(2011).pdf

-     [5] "EIA expected to revise natgas production data lower" - Reuters - SILHA Joe - New York - 06/04/2011 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/q4a9c

-     [6] "Hinchey Renews Push for FRAC Act" - Site internet du Rep. Maurice Hinchey - Washington DC - 16/03/2011 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/yOy7O

-     [7] Accès aux documents internes dévoilés par le New York Times - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/ANKiF

-     [8] "Oil and Gas Companies Should Expect Increased SEC Scrutiny of Operations and Reserves" - Andrews Kurth Attorneys - http://www.andrewskurth.com/pressroom-publications-826.html

 

Sources : 

-     "USGS Releases New Assessment of Gas Resources in the Marcellus Shale, Appalachian Basin" - USGS Newsroom - 23/08/2011 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/F4IBP

-     "NATURAL GAS: USGS expands estimate of Marcellus Shale capacity" - E&E News PM - SORAGHAN Mike - 23/08/2011 - http://www.eenews.net/eenewspm/rss/2011/08/23/4 (par abonnement)

-     "Geologists Sharply Cut Estimate of Shale Gas" - The New York Times - URBINA Ian - 24/08/2011 - http://www.nytimes.com/2011/08/25/us/25gas.html?partner=rss&emc=rss

-     "NATURAL GAS: EIA might shrink Marcellus estimates in light of new USGS report" - E&E Greenwire - SORAGHAN Mike - 25/08/2011 - http://www.eenews.net/Greenwire/rss/2011/08/25/3 (par abonnement)

-     "Insiders Sound an Alarm Amid a Natural Gas Rush" - The New York Times - URBINA Ian - 25/06/2011 - http://www.nytimes.com/2011/06/26/us/26gas.html?_r=1

-     "NATURAL GAS: Agency emails show skepticism on shale gas" - E&E Greenwire - 27/06/2011 - http://www.eenews.net/Greenwire/2011/06/27/archive/8 (par abonnement)

-     "Regulators Seek Records on Claims for Gas Wells" - The New York Times - URBINA Ian - 29/07/2011 - http://www.nytimes.com/2011/07/30/us/30gas.html

-     "New York Subpoenas Energy Firms" - The New York Times - URBINA Ian - 18/07/2011 - http://www.nytimes.com/2011/08/19/us/19gas.html

 

Src : Gabriel Marty du 30 septembre 2011 © Ambassade de France aux Etats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article