> Economie : A l'origine de la crise des subprimes, le marché immobilier américain

Publié le par enerli

 

En 2007, l'éclatement de la bulle immobilière a contaminé le monde de la finance. Quatre ans plus tard, le marché du logement n'est toujours pas rétabli aux Etats-Unis. Par Donald Hebert.


Les pratiques des banques qui ont provoqué la crise financière de 2007 n'ont pas fini de faire des dégâts. Alors que Washington envisage, selon le New York Times, de poursuivre dès vendredi 2 septembre une douzaine d'entre elles pour leur rôle dans les "subprimes", le marché immobilier américain est toujours au point mort.

 

En cause : la liquidation des logements saisis aux ménages insolvables, qui représentent encore aujourd'hui le quart des maisons vacantes à vendre.

 

De l'immobilier aux subprimes


La crise financière déclenchée en 2007 est partie de l'éclatement de la bulle immobilière américaine. Les banques ont accordé un trop grand nombre de prêts à des ménages disposant de revenus trop faibles. Pour financer ces prêts, les banques ont vendu sur les marchés financiers des produits titrisés. Dopé par le crédit, le marché de l'immobilier s'est emballé.

 

Lorsque le marché s'est retourné, les titres à base de subprimes ont perdu leur valeur. Les investisseurs qui en ont achetés ont épongé de lourdes pertes avec les conséquences que l'on connait sur l'économie mondiale.

 

Un million de saisies par an


Du côté du marché immobilier américain, il s'en est suivi "une contraction des volumes phénoménale entre 2006 et 2009, explique Oddo equities. "Mais, cette purge passée, on aurait pu s’attendre à une reprise."

 

Au lieu de cela, les saisies continuent au rythme d'un million par an, venant gonfler l'offre de biens, et causant ainsi la baisse du prix des maisons. Résultat : le marché américain est gelé. Pourquoi acheter un produit dont le prix baisse ? 40% des ventes de maisons sont des ventes forcées, rappelait la Fed le 1er septembre.

 

Pas de reprise


La chute de l'immobilier n'est pas sans conséquences sur l'économie mondiale. Faute de pouvoir vendre sa maison, impossible d'aller chercher un nouvel emploi dans un autre état. La mobilité des actifs est essentielle aux Etats-Unis, puisqu'elle compense la quasi absence d'assurance chômage.

 

Sans reprise de l'emploi, pas de reprise de la consommation américaine. Née de l'immobilier, la crise des "subprimes" est à l'origine de la crise des dettes souveraines actuelle, dont le remède, la croissance, ne peut intervenir sans la reprise du marché intérieur américain.

 

En jouant imprudemment avec le marché immobilier américain, JPMorgan Chase, Goldman Sachs et Deutsche Bank et les autres ont plongé les Etats-Unis dans un marasme de 10 ans.

 

Seront-elles sanctionnées par l'administration fédérale américaine ?

 

Src : Donald Hebert du 2 septembre 2011 © Le Nouvel Observateur

Publié dans ECONOMIE

Commenter cet article