> Economie : Comment la Chine étend ses tentacules sur le commerce mondial

Publié le par enerli

 

En 2025, la part de l'Empire du milieu dans les échanges mondiaux atteindra 13%, selon HSBC. Celle de l'Allemagne diminuera de 8,2% à 7,2%, tandis que la France régresserait de 3,9% à 3,1%.


Vous avez l'impression que la Chine domine les échanges mondiaux? Vous n'avez encore rien vu. Selon une étude de la banque HSBC, la Chine devrait devenir le premier exportateur mondial dès 2020, devant les Etats-Unis.

 

En 2025, la part de l'Empire du milieu dans les échanges mondiaux (exportations et importations) atteindrait 13%. "C'est le seul pays qui devrait voir sa part augmenter de plus de 3 point sur la période 2011-2025", explique Alan Keir, directeur du marché des entreprises pour l'ensemble du Groupe HSBC. La raison de ce basculement historique: les liens commerciaux étroits avec les autres pays émergents.

 

Depuis quelques années, la Chine sécurise ses approvisionnements en matières premières en investissant en Amérique latine, en Asie et en Afrique. Elle fournit aussi des biens de consommations à l'ensemble du monde émergent, où la demande explose. Entre 2001 et 2010, par exemple, le commerce entre la Chine et le Brésil a fait un bond de 1000% ! Or le Brésil fera partie, dans les quinze ans qui viennent, des pays les plus dynamiques sur le plan commercial. Ses échanges progresseraient de 144% sur la période 2011-2025.

 

Le Vietnam, l'Indonésie, l'Egypte et l'Inde, où les échanges progresseront encore plus vite, serviront eux aussi de tremplin pour les entreprises Chinoises.

 

Nouveau recul de la part de la France

 

Ce dynamisme des échanges dans le monde émergent fera baisser la part des pays industrialisés dans le commerce mondial. C'est le deuxième enseignement de l'étude de HSBC.

 

L'Allemagne, par exemple, verrait sa part diminuer de 8,2% à 7,2% d'ici 2025. Les sociétés allemandes travaillent pourtant de plus en plus avec des entreprises de l'Europe émergente (Pologne et République tchèque) afin de rester compétitives.

 

L'Amérique du Nord, de son côté, parviendrait à maintenir une part de marché de 14,5% en 2025 (contre 14,3% aujourd'hui) grâce notamment aux exportations du  secteur pharmaceutique vers les pays émergents.

 

Et la France? Notre pays représentait 3,9% du commerce mondial à la fin de 2010. Ce chiffre pourrait tomber à 3,1% en 2025. La France dispose d'une solide base industrielle, notamment dans l'aéronautique, les moteurs, les produits pharmaceutiques et les véhicules automobiles. Mais nos partenaires commerciaux sont en majorités des pays européens, où la croissance est relativement faible. Or l'étude menée par HSBC est claire: c'est vers l'Asie que les nouveaux couloirs commerciaux se créent. Les experts parient sur une hausse de 120% du commerce entre la France et l'Inde sur la période 2011-2025. Mais ce n'est guère impressionnant au regard de l'évolution du commerce mondial (+73% prévus sur les 15 prochaines années). La Chine, par comparaison, étend ses tentacules dix fois plus vite. 


Src : Sébastien Julian du 11 octobre 2011 © L'EXPANSION - L'EXPRESS

Publié dans ECONOMIE

Commenter cet article