> Biomasse : une centrale de biométhanisation unique à Moissac

Publié le par enerli

 

Une centrale révolutionnaire située dans la commune méridionale de Moissac (Midi-Pyrénées) est capable de transformer des matières organiques biodégradables en biométhane et de convertir ce gaz en énergie électrique et thermique.

 

Le spécialiste belge de l'énergie verte, GreenWatt, a dévoilé vendredi dernier la première unité française de biométhanisation décentralisée et fonctionnant uniquement avec du substrat de déchet de fruits et légumes. Ce fernier a conçu, livré et placé cette installation en collaboration avec Energie Bio Consult pour le compte du grossiste en fruits Boyer.

 

Le géant français de l'industrie agro-alimentaire produit environ 25.000 tonnes de fruits par an, dont 20.000 tonnes de melons de la marque Philibon. A la recherche d'une solution économiquement et écologiquement responsable permettant de valoriser ses surplus de déchets, Boyer a lancé il y a 11 ans des projets durables consistant à transformer ces détritus en compost et en aliments pour bétail. Ces méthodes qui ne suffisaient plus à traiter les énormes quantités de déchets, le maraîcher a donc choisi de se tourner vers le « Waste to Energy » de GreenWatt.

 

« Nous sommes particulièrement fiers d'être la première entreprise française à investir dans cette nouvelle forme d'énergie verte », déclare Claude Boyer, Fondateur de la SAS Boyer. « Le retour sur investissement de ce projet est d'ailleurs extraordinaire : alors que nous devions auparavant payer pour traiter nos 1.800 tonnes de déchets annuels, notre propre centrale de bio-méthanisation de 100 kW nous fournit désormais 1,7 MWh d'électricité - l'équivalent de la consommation annuelle de 150 familles, - 1,68 MWh de chaleur - l'équivalent de la consommation annuelle de 100 familles, - et 500 tonnes de compost. »

 

Boyer est ainsi en mesure de chauffer, éclairer et fournir de l'eau chaude aux habitations de ses travailleurs saisonniers alors que le restant de l'énergie est revendu à EDF. Par ailleurs, Boyer n'a désormais plus de frais de transport car l'installation de production combinée chaleur - électricité (PCCE) est installée sur le site de son usine.

 

« Nous sommes très heureux d'être à l'origine de ce projet pionnier sur le marché français », explique Philippe Mengal, CEO de GreenWatt. « Vu l'énorme potentiel de cette technologie en France - une des plus grandes économies agraires d'Europe, - nous venons de fonder "GreenWatt Ingenierie SAS" à Avignon, afin d'être encore plus proche et mieux servir le marché local. Il est en effet crucial que le secteur de l'agriculture et de l'alimentation prenne conscience de la valeur stratégique de ses déchets et du rôle bénéfique de la biométhanisation en matière de développement économique et durable ! »

 

La biométhanisation

 

La bio-méthanisation est un procédé naturel de dégradation de matières organiques par des micro-organismes en l'absence d'oxygène, à l'abri de la lumière et dans des conditions bien spécifiques, que ce soit au niveau de la température ou du pH. Le biogaz ainsi produit est riche en méthane et peut donc, comme le gaz naturel, être brûlé pour produire de l'énergie dans un module de cogénération qui permet la production combinée d'électricité et de chaleur afin de maximiser le rendement global de l'installation.

 

La technologie développée par GreenWatt, dite en « deux étapes », se base sur le principe de séparation des différentes phases de la bio-méthanisation en deux cuves distinctes dans le but de pouvoir ajuster les paramètres de ces différentes réactions indépendamment l'une de l'autre. Cette innovation majeure permet d'accroître considérablement la robustesse, la fiabilité et la souplesse d'utilisation de l'unité de méthanisation.

 

Le cœur de la technologie GreenWatt se nomme FAD (Flushing Anaerobic Digestor). Il s'agit d'un design breveté de digesteur méthaniseur à haut rendement intégrant un dispositif de décolmatage et de renouvellement du bio-film.

 

Last but not least, le digesteur offre également une solution simple et efficace à l'épuration des eaux chargées en DCO (Demande Chimique en Oxygène) alors que les résidus végétaux résultant de la méthanisation sont eux, un engrais de qualité dont les propriétés varient suivant les végétaux digérés.

 

Src : Enerzine du 20 septembre2011 © Enerzine.com

Publié dans ENR : BIOMASSE

Commenter cet article

rice 20/09/2011 15:12



S'agit-il de rebuts liés à la surproduction ? Ne pourrait-on distribuer ces produits à des associations carritatives ? Est-ce vraiment une bonne idée ? L'article se contente d'effleurer le sujet
sans y pénétrer réellement, dommage.